L'unité Scoute de Montigny le Tilleul

Résumé du camp pio en Roumanie

La Roumanie ? Un pays adapté à un camp pionnier !


Désirant combiner projet humanitaire et découverte d’un pays inconnu et mystérieux, les pionniers de Montigny-le-Tilleul sont partis du 13 juillet au 1er août 2006 passer leur camp en Roumanie.

Le projet humanitaire

Dans le but d’amener de la main d’œuvre à une association qui en avait besoin, nous nous sommes rendus dans le petit village d’Adunatii Copaceni à une dizaine de kilomètres au sud de Bucarest. Il y a quelques temps, un noble roumain venait de récupérer sa propriété après des dizaines d’années de confiscation communiste. Celle-ci étant en ruine, il décida de la léguer en de bonnes mains. Ce don eut pour acquéreur le monastère de Bucarest. Olivier, un résidant français du monastère, se proposa pour s’occuper de la bonne gestion de ce don. Il entreprit alors le projet de restaurer la propriété en collaboration avec des enfants de la rue dans un double but : la création d’un endroit de rencontre entre volontaires étrangers (scouts, bénévoles, moines, …) et la réinsertion des jeunes. Certains obtiendront des diplômes de menuiserie ou de pâtisserie française (très renommée en Roumanie) pour travailler ensuite dans de grands établissements roumains.

Chaque matin, tous les volontaires présents déjeunaient ensemble afin de décider les tâches à réaliser et de former les groupes de la journée. Les travaux principaux sont la rénovation de toiture, la création d’un chemin en pavés, la rénovation d’une chapelle, l’entretien de champ, le débroussaillage pour la création d’un jardin ou encore restauration d’une menuiserie et d’une boulangerie.

Découverte de la côte est

Après une semaine de projet humanitaire, nous nous sommes dirigés vers la mer Noire et le Delta du Danube (Tulcea et Constanta). La location de deux petites embarcations nous a permis de visiter durant cinq heures le Delta du Danube gorgés d’oiseaux parmi les plus insolites comme le pélican que nous avons eu la chance d’observer. Nous avons également profité de la chaleur et de la propreté de la mer Noire.

Les Carpates, bastion des animaux sauvages

Pour clôturer notre périple, le passage par les Carpates dans le centre de la Roumanie, était indispensable car elles nous semblaient être un des seuls endroits restés à l’état purement sauvage. Destinées au ski alpin en hiver et aux balades en été, ces montagnes permettent d’admirer de superbes paysages à perte de vue.
La visite du château de Bran (château de « Dracula ») et du château de Peles nous a permis de découvrir des monuments impressionnants.
Nous avons profité des paysages tant magnifiques que reposants pour planter nos tentes dans un alpage.

Choc des civilisations

Nous sommes ensuite rentrés sur Bucarest pour rentrer en Belgique. C’est en fin de voyage que nous avons bien pris conscience de ce que nous venions de vivre : une population complètement différente avec une mentalité opposée à la nôtre. C’était un des objectifs du camp pionnier : vivre des moments forts tous ensemble … ce que nous n’aurions peut-être pas fait tout seul !

Steenbok (Alexandre Rouvez)
pour le Poste Pionnier

Page générée en 0.04 secondes (11 requêtes)